Posté dans Tribunes libres

Les Hauts-de-Seine territoire de sport

Souvent cité en exemple pour son dynamisme économique, pour sa haute compétence en matière sociale, pour toutes ses attractivités culturelles, le département des Hauts-de-Seine n’en est pas moins une grande terre de sport. 

Le Département s’est doté d’un programme d’actions fortes, vecteur social et de citoyenneté contribuant ainsi aux stratégies de développement du territoire. 

Ces orientations permettent de répondre efficacement à la diversité des types de pratique des Alto-Séquanais : jeunes et moins jeunes, valides et en situation de handicap, filles et garçons. Il s’agit également de soutenir différents champs d’intervention : activités des collégiens, des comités sportifs départementaux, des clubs, pratique de loisirs, nous n’oublierons pas Vacan’Sports qui, pour les jeunes ne partant pas en vacances, est une véritable source de vie au travers des installations telles que le Domaine départemental du Haras de Jardy, le parc nautique départemental de l’Ile Monsieur ou encore le parc départemental de la Grenouillère.

Le département des Hauts-de-Seine peut s’enorgueillir d’être classé parmi les plus sportifs de France avec environ 335000 licenciés, 2000 associations sportives et plus de 360 sportifs de haut niveau.

Au-delà du simple plaisir de la pratique, le sport est un moyen d’éducation et de formation, qui outre la transmission de savoirs et de techniques, doit porter des valeurs de partage et de citoyenneté. La solidarité est l’une de nos principales compétences. Le sport est un acteur de la cohésion sociale. 

Comme vous le savez, le territoire des Hauts-de-Seine participe à l’aventure Paris 2024 avec deux sites de compétitions olympiques : le stade départemental  Yves-du-Manoir verra évoluer le hockey sur gazon, quant à Paris La Défense Arena, il accueillera la gymnastique et le trampoline.

Notre département s’est forgé une image sportive, nous n’en voulons pour preuve que des clubs comme le Racing 92 (Rugby), Nanterre 92 (Basket Ball), Paris 92 (Handball féminin), BLR 92 (Bourg-la-Reine Escrime) et Boulogne 92 (Boulogne Aviron) évoluent au plus haut niveau tant national qu’international. Que vive le sport !

Facebook : Groupe-de-la-majorité- départementale-des-Hauts-de-Seine Twitter : @Majorite92 

La Seine et ses berges notre plus bel espace naturel

Depuis plusieurs années, le Département entreprend des investissements de grande ampleur sur les berges de la Seine. Le fleuve est un élément majeur de notre patrimoine naturel trop longtemps ignoré et qu’il importe de valoriser sous de nombreux aspects. Les principes qui guident le Département dans cette politique ambitieuse d’aménagement des berges et de leurs abords sont multiples et ont pour objectif de faire coexister au mieux les multiples usages de ces espaces. Lors de chaque phase d’aménagement, une attention particulière est portée à la qualité paysagère du projet, à la préservation des espaces naturels et de la biodiversité, et à l’accessibilité. 

Aujourd’hui le projet exemplaire de la Vallée Rive Gauche est terminé. Cet aménagement de 4 km sur les villes d’Issy-les-Moulineaux, de Meudon et de Sèvres a porté sur 20 hectares dont 14 hectares réservés aux espaces verts. La valorisation du paysage naturel et la reconquête écologique des milieux aquatiques et terrestres ont été rendues possibles grâce au réaménagement de voirie conséquent qui a permis de libérer des emprises. Ainsi, si les usagers bénéficient désormais d’une continuité des circulations douces, la fluidité de la circulation automobile a été également largement améliorée. 

La rive « droite » du département va également voir ses berges de Seine valorisées. À Boulogne-Billancourt l’aménagement de la RD 1 est pour l’heure dans sa phase de concertation.  Sur cet axe essentiellement dédié au trafic routier, la volonté du Département est la même. Il s’agit de réhabiliter l’espace naturel en organisant mieux les différents types de circulation et en permettant l’accès à une promenade végétalisée le long du fleuve avec une grande préoccupation écologique. 

Enfin, il me faut aussi évoquer les aménagements dans le nord du département et notamment à Courbevoie. La réhabilitation de berges de l’ancien port a été réalisée en 2013, enrichissant la ville d’un espace naturel de qualité, à deux pas de La Défense. Cet aménagement sera prolongé vers l’aval et le maître d’œuvre des travaux sera désigné d’ici l’été, afin que les habitants bénéficient d’une promenade continue en bord de fleuve jusqu’au parc de Bécon. Enfin, d’autres projets tels que l’aménagement des berges d’Asnières-sur-Seine entre les ponts d’Asnières et de Clichy ou encore les berges de l’île Seguin au pied de La Seine Musicale sont à l’étude. 

Ces investissements importants du Département sur l’aménagement qualitatif de son territoire témoignent de la volonté d’articuler deux enjeux majeurs dans l’attractivité de notre territoire : la nécessité de requalifier des espaces naturels accessibles à tous dans un souci de préservation de la biodiversité, tout en facilitant la mobilité et la fluidité des déplacements essentielles au développement économique.

Facebook : Groupe-de-la-majorité- départementale-des-Hauts-de-Seine Twitter : @Majorite92 

Usagers du RER B : la droite du « 92 » déraille !

Tous ceux qui prennent le RER B le savent : les difficultés de fonctionnement de cette ligne ne font qu’augmenter : surcharge, retards, pannes…manque d’investissement.

Et que fait le gouvernement ? Il décide de prioriser les travaux du Charles-de-Gaulle Express (CDG Express) qui risquent de dégrader encore plus la ligne du RER B ! 

D’un côté, il y a 900 000 voyageurs qui, au quotidien, souffrent de conditions de transports honteuses et, de l’autre, le gouvernement qui s’occupe d’une ligne qui ne concernera que 20 000 voyageurs….

L’ensemble des membres d’Ile-De-France Mobilités ( ex-STIF)  ainsi que l’ensemble des maires de l’association des villes du RER B Sud dont une partie des villes des Hauts-de-Seine –  Bagneux, Bourg-la-Reine, Sceaux, Antony, Fontenay-aux-Roses, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson – s’accordent : le RER B est une priorité et le gouvernement doit l’entendre ! Ils ont adopté une position commune. 

En séance du conseil départemental de mars, j’ai déposé au nom de mon groupe ce même vœu, pour demander deux choses : 

• Des investissements massifs et en urgence pour le RER B ;

• La suspension des travaux du CDG Express tant que nous n’aurons pas plus de garanties quant aux impacts sur le RER.

Quelle a été la réaction de Patrick Devedjian, président de notre département ? Un vote en soutien au projet du CDG Express contre les usagers du RER B. 

La majorité de droite de ce Département ne respectent ni les Alto-Séquanais, ni les maires de nos villes. Elle est plus attachée à rejeter tout ce qui peut venir du groupe Front de Gauche et citoyens (Parti Communiste français-Gauche Citoyenne) qu’à répondre aux besoins des habitants de notre département. 

Je vous laisse imaginer le retour des élus dans leurs villes après s’être opposés à un vœu adopté quelques jours avant par leurs maires ! Malaise…

Ce combat pour le droit de se déplacer dans de bonnes conditions  ne s’arrête  heureusement pas aux portes de notre conseil départemental et par le rejet de notre vœu dû à l’aveuglement de certains. 

Notre combat continue avec et pour vous !

La parole aux jeunes ? La droite dit non !

La pierre angulaire d’une démocratie juste et efficace est la participation de tous ses citoyens. Parmi eux, la place des jeunes ne doit pas être oubliée. Or ceux-ci ont souvent le sentiment que leurs idées et préoccupations ne sont pas suffisamment prises en compte dans le débat public.

Pourtant les jeunes peuvent sans aucun doute faire bénéficier la collectivité de leurs connaissances et de leurs expériences. Ils sont capables de prendre des responsabilités et de participer à la co-construction de toutes les politiques publiques – et pas uniquement celles relatives à l’enfance et à la jeunesse et de faire des propositions pertinentes pour l’amélioration de la société. Leur permettre de s’impliquer dans la vie de la cité c’est aussi créer les conditions d’exercice d’une citoyenneté active. 

Les dispositifs et les outils pour favoriser cette participation des jeunes sont connus. Les conseils de jeunes en font partie. Dans plusieurs villes des Hauts-de-Seine, ces espaces de participation existent mais se limitent souvent aux âges de l’école élémentaire.

C’est pour cela qu’il faut que le Département porte aussi cette dynamique sur son territoire en ciblant les tranches d’âge supérieur. Car les « années collège » sont évidemment des années où l’engagement citoyen, les interrogations sur des questions de société ont tout leur sens. Notre collectivité départementale aurait un réel intérêt à associer et inciter les collégiens dont elle a la charge à exprimer leurs idées et leurs propositions pour notre territoire, sur la question des loisirs, de la culture, des mobilités, etc… C’est pour cela que les élus socialistes ont proposé la création de conseil de jeunes à l’échelle départementale comme il en existe ailleurs.

Malheureusement la majorité de droite s’y est unanimement opposée. En disant « Non » à l’exercice de la parole des collégiens, elle rate une occasion de dire à la jeunesse alto-séquanaise la confiance qu’elle met en elle. Il ne suffit pas d’écrire partout « J’aime mon Département » comme le fait la Droite pour réussir à créer l’adhésion à ce que fait la collectivité territoriale. Le conseil de jeunes animé au niveau départemental était une véritable occasion de faire comprendre et d’associer la jeunesse aux projets alto-séquanais. Dommage pour la jeunesse, dommage pour les Hauts-de-Seine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *