Posté dans Éducation

Un stage d’un nouveau genre

Les onze collégiens qui ont participé à ce stage « multi-métiers » sont originaires de Bagneux, Sceaux, Fontenay et Châtenay-Malabry. Photo : CD92/Julia Brechler

Pendant une semaine, onze collégiens du sud des Hauts-de-Seine ont été accueillis au Domaine de Sceaux dans le cadre d’un stage de troisième « multi-métiers ».

Un atelier dans les salles du musée puis un autre dans le parc. Depuis le début de la semaine, le quotidien de onze collégiens est réglé sur le rythme du Domaine départemental de Sceaux. Ces élèves ont décroché un stage de troisième un peu particulier : collectif et centré sur plusieurs métiers de la culture et des parcs et jardins du conseil départemental. En cinq jours, ils vont rencontrer des professionnels d’une dizaine de métiers différents, de la conservation des œuvres à l’entretien des fontaines du parc en passant par la sécurité et la brigade équestre. « Je cherchais un stage dans le domaine de la mode ou de la pharmacie mais ces secteurs ne prenaient pas de mineurs. On m’a proposé celui-ci et quand j’ai vu qu’il y avait un musée, ça m’a plu. Je trouve que c’est intéressant car on découvre plusieurs métiers à la fois », se réjouit Mériem, du tout proche collège Lakanal de Sceaux. Les collégiens ont été directement plongés dans le bain puisqu’à partir des conseils des agents départementaux, ils ont dû monter pendant une journée leur propre exposition en prenant en compte les lumières, les cartels et la scénographie. « Ils devront ensuite faire de la médiation, des choses qu’ils ne connaissaient pas tellement avant de venir ici », poursuit Céline Barbin, conservatrice du patrimoine et cheffe de l’unité conservation du musée du Domaine départemental. Cerise sur le gâteau : la restitution publique de leur stage devant leurs parents et les agents qu’ils auront rencontrés pendant la semaine. Un bon exercice pour l’épreuve orale qu’ils auront à passer au collège suite à leur stage.

La tournée alterne étapes en ville et en secteurs péri-urbains et ruraux.©CD92/Stéphanie Gutierrez-Ortéga

Stage d’observation des élèves de 3e des collèges de Bagneux et de Sceaux. Organisé par Pierre Rostit et Béatrice Biocco. Rencontre avec différents métiers du domaine de Sceaux : une conservatrice du musée, un mécanicien, et un fontainier. Le mercredi 18 décembre, milieu de semaine de leur stage.

Moins lourd, plus intéressant

Il s’agit d’une première expérimentation pour le conseil départemental qui veut, à travers ce type de projet, s’adresser à des collégiens qui, par manque de contacts et de réseau, ont du mal à trouver des stages valorisants. « L’idée m’est venue en voyant ce qui se faisait avec certaines entreprises à Nanterre dans le cadre de stages collectifs organisés à La Défense. Ces stages permettent de faire bouger simultanément tout un groupe de métier en métier, ce qui est moins lourd pour la structure et plus intéressant pour les jeunes », explique Pierre Roustit, coordonnateur de territoire pour la nouvelle direction unifiée de l’éducation, de la citoyenneté et des collèges du Département. Cette formule permet de moins impacter les équipes et de rendre les stages plus intéressants tout en faisant découvrir aux jeunes et à leurs parents un site emblématique des Hauts-de-Seine. Pour cette première, c’est le parc de Sceaux qui a été choisi puisqu’il possède l’immense avantage de regrouper plusieurs corps de métiers à la fois. « Une quarantaine de personnes travaillent ici dans des métiers très différents. On a à la fois des métiers techniques et d’autres culturels, en intérieur et en extérieur », poursuit Pierre Roustit. Ne restait plus qu’à coordonner les services en interne, gérer les conventions et, surtout, trouver les élèves participants. Ceux-ci sont pour la plupart originaires de Bagneux, le dispositif ayant été calé sur leurs dates de stage. D’autres du collège Lakanal de Sceaux, de Châtenay-Malabry et de Fontenay-aux-Roses se sont greffés à l’aventure. « C’était une volonté de mixer les collèges et les profils, ce qui constitue une innovation dans le domaine des stages collectifs », poursuit Pierre Roustit.

La tournée alterne étapes en ville et en secteurs péri-urbains et ruraux.©CD92/Stéphanie Gutierrez-Ortéga

Le Département a été accompagné dans sa démarche par le centre social et culturel Gueffier à Bagneux. Les animateurs ont préparé les jeunes avant la semaine avec des jeux de cohésion afin de créer un effet de groupe, les jeunes étant issus de collèges et de milieux sociaux différents. « Il fallait faire tomber les barrières, certains préjugés et a priori et montrer que l’on participait à un projet commun », insiste David Bianco, le directeur de la structure partenaire qui est intervenue également après le stage pour préparer les jeunes à la restitution orale qui était assortie d’une visite privée de l’exposition Colbert avec les parents. « C’est un moment important de valorisation et de fierté pendant lequel les jeunes ont pu montrer le lieu dans lequel ils ont évolué et ce qu’ils y ont appris », insiste Pierre Roustit.

Comme toute expérimentation, cette semaine est amenée à être déployée dans d’autres lieux si le bilan est satisfaisant. Et les perspectives sont riches puisque le conseil départemental compte environ 140 métiers différents… 

Mélanie Le Beller
www.hauts-de-seine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *