© Archives Départementales des hauts-de-Seine
Posté dans Portfolio

Globe-trotters un hymne visuel au voyage

L’exposition de photographies grand format Globe-trotters, est présentée conjointement par les Départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine. Un tour du monde sur les traces des opérateurs du banquier mécène Albert Kahn à découvrir à partir du 12 septembre dans les parcs départementaux de Sceaux, des Chanteraines, à Villeneuve-la-Garenne et du Domaine de Madame-Élisabeth à Versailles.

Textes : Didier Lamare

JAPON
TOMO-NO-URA, PRÉFECTURE D’IROSHIMA, LA BAIE ET LE PORT 
AUTOMNE-HIVER 1926-1927

La fin d’un monde (I). Port de pêche historique sur la mer intérieure de Seto à moins de vingt ans de la fin du monde. Le 8 août 1945, un champignon immatériel et une boule de feu s’élèveront dans le dos des pêcheurs, au-dessus de la préfecture d’Hiroshima, à 80 kilomètres de là, mettant fin définitivement à un empire, une civilisation, une certaine idée du Japon – et au-delà, à la planète telle qu’Albert Kahn la connaissait. Un siècle après, curieusement, le petit port de pêche au poulpe et à la daurade n’a pas beaucoup changé : prise au même endroit, une photo pourrait nous tromper. Au point que le lieu, en un certain sens préservé du siècle, a servi d’inspiration à Hayao Miyazaki pour son film d’animation Ponyo sur la falaise.

Archives de la Planète/Stéphane Passet

FRANCE
LES AILPES, LE PLAN DE L’AIGUILLE, VALLÉE DE CHAMONIX
MARS 1921

Le retour au pays passe par la vallée de Chamonix, comme si, une dernière fois, il fallait frôler l’aventure. Parce que c’en est une : on a beau savoir que les armées d’Hannibal avaient fait passer les Alpes à leurs éléphants, hisser au-delà de 2 000 mètres le matériel nécessaire aux prises de vue n’est pas une partie de campagne. L’aventure d’ailleurs est nouvelle. Si l’on excepte la randonnée mythique de Pétrarque au sommet du mont Ventoux en 1336, et la première ascension en 1786 du mont Blanc, la montagne est un territoire que l’on explore depuis moins d’un siècle. Avec un matériel succinct pour les premiers sportifs engagés dans un « alpinisme d’excellence » qui conduit quelques-uns à fonder, en 1919, le Groupe de Haute Montagne, aujourd’hui encore bien vivant. Dans trois ans, en 1924, Jacques de Lépiney, Jacques Lagarde et Henry de Ségogne vont ouvrir une voie ardue dans la face nord de l’Aiguille du Plan. Qui nous dit que ce n’est pas l’un d’entre eux qui traverse le champ ?

Archives de la Planète/Frédéric Gadmer

MONGOLIE 
CAVALIER SUR LA ROUTE D’OURGA
JUILLET 1913

On suppose que c’est lui : le Jalkhanz Kuthugtu, « saint incarné » du bouddhisme mongol, de son nom Sodnomyn Damdinbazar (1874-1923). Figure à la fois politique et religieuse, saisie ici dans les premières années d’indépendance de son pays vis-à-vis de la souveraineté chinoise. Il sera deux fois premier ministre de Mongolie sous l’autorité du Bogdo Khan, lui-même troisième personnage dans la hiérarchie des bouddhismes tibétain et mongol qui entretiennent des liens très étroits. Mais, sur la route d’Ourga – future Oulan-Bator –, ce cavalier aux fonctions officielles pourrait tout aussi bien être un descendant de Gengis Khan. Rien ne semble avoir changé aux confins du monde. Cependant, cela ne durera pas.

Archives de la Planète/Stéphane Passet

INDE
AHMADABAD, OFFICIANT AU TEMPLE JAÏN HATHI SINGH
DÉCEMBRE 1913

Les trois joyaux des Indes : le jaïnisme et la compassion. Détaché de l’hindouisme il y a trois millénaires, le jaïnisme est une religion sans dieu, une aspiration vers l’illumination (nirvana), qui seule mettra fin au cycle des réincarnations successives (samsara). La vie est sacrée, la non-violence un principe absolu. La mission des jaïns envers la nature, qui pour l’Occidental pourrait bien évoquer celle des franciscains, sonne de manière très particulière dans le monde d’aujourd’hui. À la beauté intérieure répond la splendeur de leurs temples de marbre, la plus noble des matières, celle qui fait sonner l’âme humaine. La dentelle des bas-reliefs s’apparente à ceux d’Angkor, jaillis en Asie du Sud-Est du même creuset indien.

Archives de la Planète/Stéphane Passet

ÉGYPTE
MARCHAND FR POTERIES DANS LE VIEUX CAIRE
JANVIER-FÉVRIER 1914

Officiellement ottomane, l’Égypte du Caire est sous occupation anglaise de 1880 à son indépendance en 1922. Elle devient en 1914 un protectorat britannique. En une génération, la population sera multipliée par trois, la surface urbaine par dix. Le vieux Caire tortueux remonte parfois à l’occupation romaine ; avec les souks millénaires et les plus anciens monuments islamiques et coptes, il murmure encore ses secrets de potiers et de marchands à l’oreille du Caire moderne, gagné sur des terres asséchées, construit sur des droites orthogonales dans l’esprit rationnel du baron Haussmann à Paris. Les poteries fragiles, foisonnantes, échappent encore au rangement cartésien des vitrines européennes, c’est tout un imaginaire inchangé depuis le néolithique, « le pays des énigmes et des mystères » de Gérard de Nerval.

Archives de la Planète/Auguste Léon

ARABIE
GOUAIRA (QUWEIRA, JORDANIE), FAYZ BEY EL AZM, COMPAGNON DE L’ÉMIR FAYÇAL
MARS 1918

Reportage à chaud, figure d’un chef de guerre au campement de l’armée de l’émir Fayçal, chef de la révolte nationaliste arabe lancée avec le soutien des Anglais contre l’Empire ottoman. Nous sommes huit mois après la prise d’Akaba, sur la mer Rouge. Thomas Edward Lawrence, l’officier de liaison britannique qui combat auprès de Fayçal et de ses troupes sous le surnom de Lawrence d’Arabie, ne doit pas être bien loin de ce frère d’armes qui lui ressemble étrangement. À l’automne 1918, ils prendront ensemble Damas, Fayçal Ier devenant un éphémère roi de Syrie avant d’être chassé, puis promu roi d’Irak par les turbulences diplomatiques entre l’Angleterre et la France. Lawrence d’Arabie sera retourné en Angleterre écrire Les Sept Piliers de la sagesse où il peaufine sa légende et développe sa théorie de l’insurrection. Qui sait ce qu’est alors devenu l’homme au somptueux keffieh brodé ?

Archives de la Planète/Paul Castelnau

CANADA
CALGARY, ROCKY MOUNTAIN POLO PONY RANCH, SPRINGBANK
MAI 1926

Le retour au pays passe par la conquête de l’Ouest. Et l’invention du Nouveau Monde fait défiler dans les yeux européens une succession de clichés qui construiront le mythe américain – au sens continental puisque nous sommes ici au Canada. C’est l’imaginaire du Far West, plus près peut-être du Secret de Brokeback Mountain que de John Wayne, incarné par quatre cow-boys qui prennent la pose devant des prairies désertes. Leurs pères ont tué les derniers bisons ; dans moins de vingt ans, leurs fils débarqueront en Normandie pour sauver l’Ancien Monde au cours d’une guerre dont on pensait qu’elle n’aurait jamais lieu.

Archives de la Planète/Frédéric Gadmer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *