© CD92/Stéphanie Gutirrez-Ortega
Posté dans Personnes âgées

Dispositif d’urgence

Le 30 mars dernier, au plus fort de la crise sanitaire, Hauts-de-Seine et Yvelines ont débloqué un dispositif d’urgence pour les retours à domicile ou le séjour en Ehpad après hospitalisation.

Se lever, faire sa toilette, prendre ses repas… après un séjour à l’hôpital, les personnes âgées ne sont plus toujours en capacité d’effectuer seules ces actes de la vie quotidienne, ayant perdu une partie de leur autonomie. C’était d’autant plus vrai au plus fort de la crise quand cette sortie avait tendance à intervenir plus tôt pour soulager une chaîne de soins en tension. Dans ce contexte les deux Départements ont voulu garantir un accompagnement aux « sortants non contaminés par le virus ou guéris ». Avec tout d’abord une première aide de 500 euros mensuels sur trois mois pour les prestations des services d’aide et d’accompagnement à domicile. « L’idée était de soulager les personnes et leurs proches, financièrement mais aussi administrativement, en leur évitant trop de démarches, sachant que la plupart sont de surcroît confinés. C’est le service d’aide et d’accompagnement à domicile qui est en première ligne et déclenche la prestation de manière simplifiée et dématérialisée », explique Yann Caussin, responsable de la mission interdépartementale pour l’autonomie. Un coup de pouce qui pouvait déboucher par la suite « soit sur un retour à la normale, soit sur une demande régulière d’allocation personnalisée d’autonomie (la prestation départementale qui couvre habituellement ces soins NDLR) ». En mars et avril, les deux Départements ont par ailleurs maintenu leurs versements aux structures d’aide à domicile de manière à « assurer leur pérennité financière au moment où les sorties d’hospitalisation se multiplient ».

À domicile ou en Ehpad

Deuxième aide exceptionnelle, l’hébergement temporaire en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), tout risque de contagiosité ayant été exclu par l’hôpital. Avec un financement sur un mois des dépenses relatives à ce séjour, sans reste à charge pour l’usager. « Les deux mesures sont complémentaires selon l’état dans lequel se trouve la personne âgée à sa sortie et l’existence ou non de possibilités à domicile pour la soutenir. Si elle est isolée, l’Ehpad peut être un recours », précise Catherine Buisson, responsable des établissements d’accueil des personnes âgées au Département des Hauts-de-Seine. Une faculté ouverte y compris aux établissements non détenteurs d’une autorisation d’accueil temporaire et/ou d’une habilitation au titre de l’aide sociale départementale. Les cent six établissements potentiellement concernés dans les Hauts-de-Seine devaient néanmoins répondre aux critères de sécurité fixés par gouvernement.Aucune de ces aides n’était cependant cumulable avec l’allocation personnalisée d’autonomie. Seule démarche pour les personnes intéressées et leurs proches, se rapprocher de la structure de leur choix qui effectuait ensuite les formalités en quelques clics sur la plateforme www.78-92.fr. Un numéro vert – 0805 38 39 49 –  a aussi été mis à la disposition des professionnels de l’aide à domicile.

Pauline Vinatier

En savoir plus www.hauts-de-seine.fr rubrique Solidarités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *