© PLD-Imica
Posté dans Urbanisme

Mise au vert pour l’esplanade

Paris La Défense a dévoilé en février son projet de parc urbain sur l’esplanade et annonce la métamorphose imminente de la place de La Défense.

Création d’un « cœur vert » de pelouses, hamacs pour l’été, jardins en bacs et plantation de nouvelles essences sur les allées dès ce mois d’avril… : les dispositifs expérimentaux se multiplient depuis quelque temps sur l’esplanade, préfigurant le grand parc urbain de sept hectares voulu par l’établissement public Paris La Défense qui gère le quartier d’affaires. Un projet de plus en plus précis : courant février, l’équipe menée par l’architecte paysagiste Michel Desvigne a ainsi été désignée pour concevoir l’aménagement durable des espaces publics entre le bassin Takis, face au pont de Neuilly, et Cœur Défense. « Nous allons transformer en profondeur une grande partie de l’axe historique, sur près de six cents mètres de long. Ce projet porte en lui une très forte dimension écologique et vise à proposer un espace paysager agréable à l’ensemble de nos publics », souligne Pierre-Yves Guice, directeur général de Paris La Défense. Trente millions d’euros seront investis dans ce projet. Dans une première phase, jusqu’à la fin de l’année, sera menée une réflexion pour transformer l’esplanade, en surface et en souterrain. Les travaux pourraient commencer dans la foulée,  pour une livraison échelonnée entre 2026 et 2027. Parmi les souhaits de l’aménageur : imaginer un aménagement cohérent et pérenne qui préserve le projet de Dan Kiley en 1972, améliorer le confort des usagers, en luttant contre les îlots de chaleur, conserver la végétation existante autant que possible et favoriser le réemploi des matériaux, ou encore adopter une gestion économe et responsable des eaux pluviales.

Métamorphose

Autre annonce, à la jonction du parvis, de l’esplanade et de son futur parc urbain, la place de La Défense subira, quant à elle, une métamorphose progressive dès ce mois de mars et pour deux ans. Paris La Défense investit pour cela près de vingt millions d’euros. L’agence Base a pensé la reconfiguration de ce carrefour névralgique du quartier d’affaires sur deux hectares pour le rendre plus végétal et arboré, mais aussi plus convivial et attractif en s’appuyant notamment sur l’Araignée rouge de Calder et les Personnages fantastiques de Miró, repères monumentaux aux extrémités de ce décor. 

Pauline Vinatier
parisladefense.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *