Posté dans Innovation

Quand l’énergie surgit de la dalle

Jusqu’au printemps, quatre « oasis » transforment le parvis de Paris La Défense en un lieu de production et de partage d’énergie.

Dans l’immensité de la dalle, les voyageurs qui se déplacent à trottinette et se repèrent sur leur smartphone ont désormais leurs oasis. Au nombre de quatre, elles resteront en place jusqu’au printemps. Du bassin Takis à la Grande Arche, ces puits d’énergie tirent parti du soleil – qui caresse des arbres photovoltaïques Sol’Air et les dalles solaires Wattway – ou du vent – qui s’engouffre dans des turbines de toit de la Windbox. « Le vent est un élément incontournable à La Défense, qui n’était pas suffisamment exploité jusqu’à présent », explique David Guerra, codirecteur des services urbains de l’établissement public. Ces oasis permettant de produire, stocker et proposer de l’énergie sur l’espace public sont le fruit d’un partenariat noué en 2018 avec Efficacity, l’institut pour la transition énergétique des villes. « Le thème de l’efficacité énergétique a émergé après une concertation de plusieurs mois pour trouver des pistes d’expérimentation dans le quartier, rappelle David Guerra, l’appel à projet s’appuie sur l’expertise et l’écosystème scientifique et industriel d’Efficacity. » Les projets lauréats associent ainsi des start-ups, grands groupes et acteurs publics. Premier usage concrétisé jusqu’ici : la recharge des trottinettes en libre-service de Lime. Mais d’autres sont annoncés : « Sur l’arbre Sol’Air qui a une fonction d’assise, les gens pourront venir recharger leurs propres équipements de mobilité douce ou leur matériel informatique. » À la différence des trois autres expérimentations, les Oasis cafés ne produisent pas d’énergie renouvelable mais répondent à la problématique de l’accessibilité. Ces petites centrales énergétiques sur roues alimenteront pour un temps les coffee trucks et food trucks, les engins de chantier ou encore les dispositifs de signalisation, installés sur la dalle. Elles pourraient aussi servir au repérage, par les gestionnaires, des zones ayant besoin d’infrastructures électriques. Ces quatre « oasis » échelonnées sur le parvis constituent aussi « un parcours de sensibilisation du public » et seront évaluées par les scientifiques et les usagers avant d’être, éventuellement, déployées à plus grande échelle. Une exposition est dédiée au projet au sein du Point info de Paris-La Défense. 

Pauline Vinatier
parisladefense.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *