Posté dans Société

Un plan de relance pour le territoire

Après avoir fait face à la crise sanitaire, le Département s’engage auprès des habitants, des petites entreprises ainsi que des communes pour pallier les effets de la crise économique.

Afin d’éviter la propagation du virus chez les plus fragiles, une vaste campagne de dépistage lancée en avril à l’échelle du territoire a permis de réaliser vingt-cinq mille tests auprès des personnels et résidents EHPAD, des établissements pour personnes handicapées et des structures de protection de l’enfance, sécurisant ainsi le déconfinement. Une mesure emblématique parmi d’autres, comme l’achat d’un masque réutilisable par habitant, de la forte implication du Département pendant la crise de Covid-19. Dès la fermeture des collèges, le Département a fait de la continuité pédagogique une priorité. Deux mille ordinateurs portables ont été remis aux élèves non équipés, de manière à lutter contre la fracture numérique, auxquels s’ajoutent les tablettes mises à la disposition des jeunes de l’Aide sociale à l’enfance (ASE). « Nous ne voulons laisser personne au bord de la route. Il faut prendre soin de ces jeunes parfois issus de milieux difficiles pour éviter le décrochage », soulignait alors le président du Département, Georges Siffredi.

Au plus fort de l’épidémie, le Département a par ailleurs débloqué des fonds en urgence pour que les personnes âgées puissent rentrer chez elles dans des conditions sécurisées ou séjourner temporairement en EHPAD, libérant ainsi des lits hospitaliers. Sans oublier la distribution hebdomadaire de près de 60 000 masques au personnel intervenant à domicile ou en établissement. Contre l’isolement, des tablettes tactiles ont été mises à disposition dans des EHPAD. Enfin tout a été mis en œuvre pour que les enfants placés auprès de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) conservent au maximum le lien avec leurs proches, une partie d’entre eux profitant de séjours de répit à Jambville dans les Yvelines.

Le confinement passé, le Département se mobilise pour contrer les effets de la crise économique. D’un montant de 77 millions d’euros, le plan de soutien approuvé par l’assemblée départementale le 12 juin s’adresse aux habitants, aux artisans, commerçants et petites entreprises ainsi qu’aux communes. « Ce ne sont pas des mesures symboliques, mais bel et bien des aides importantes, ciblées, qui démontrent, une fois de plus, la réactivité de l’action départementale lorsqu’elle est menée à bonne distance du terrain », souligne Georges Siffredi.

Action sociale

Afin de limiter l’impact de la crise sur les bénéficiaires de la prime d’activité, les élus ont débloqué 18 millions d’euros. Allant de 150 à 400 euros, complémentaire des minima sociaux habituels, cette aide exceptionnelle touche 66 000 foyers. Les aides en direction des communes, « mises à rude épreuve ces derniers mois », qui ont contribué à apporter des services en urgence à la population, atteignent 16,5 millions d’euros, soit 10 euros par habitant. Enfin le Département a passé une convention avec la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Chambre de Métiers et d’Artisanat pour soutenir les entreprises (TPE et PME) impactées par la crise. En juillet s’ajoutera une contribution de deux millions d’euros au titre du fonds de solidarité État-Région qui cible les très petites entreprises.

L’excédent budgétaire 2019, intégralement reporté au budget supplémentaire, a permis de financer ce plan de soutien comme le rappelle Georges Siffredi : « Nos efforts de gestion anciens ou assumés nous permettent d’avancer plus sereinement vers un avenir qui sera, en bien des points, incertain. La preuve par l’exemple est là, sous nos yeux : nous sommes en capacité d’amortir les coups durs ». 

Pauline Vinatier
www.hauts-de-seine.fr/relance92

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *