CD92/Willy Labre
Posté dans Solidarité

Vaccination à domicile

Trois cent cinquante personnes très peu mobiles, âgées ou handicapées, ont bénéficié entre fin mai et
mi-juillet d’une campagne de vaccination départementale à domicile.

Les plus âgés ont beau être ultra-prioritaires, Suzanne, 88 ans, était jusque-là passée entre les mailles du filet : « Elle a beaucoup de mal à se déplacer, a des étourdissements, est essoufflée. Dehors on a peur qu’elle tombe », confie sa belle-fille, Claudine. C’est finalement à son domicile, au deuxième étage d’un immeuble de Colombes, qu’elle sera vaccinée. Le vaccin prêt à l’emploi a été pris l’après-midi même par l’équipe mobile du Département au centre de vaccination le plus proche. Tout en discutant avec Suzanne, l’infirmière procède à l’injection pendant qu’une coordinatrice du pôle Solidarités s’occupe des aspects administratifs. « Je n’ai rien senti, vous piquez bien », affirme la vieille dame, soulagée.

Début mai, vingt pour cent des plus de soixante-quinze ans n’étaient toujours pas vaccinés, d’où cette campagne à domicile, menée en lien avec l’Agence régionale de santé (ARS) et plusieurs autres partenaires. « Nous allons chez des personnes, la plupart du temps âgées mais aussi handicapées, qui ne peuvent se déplacer ni avec le Pam 78-92 (transport à la demande, Ndlr) ni en taxi ou en véhicule personnel. Elles vivent souvent à l’étage, malades et isolées, explique la coordinatrice du dispositif, Nassera Hamza. Tant qu’elles ne sont pas vaccinées, une simple visite chez elles peut les mettre en danger. » Ce sont les centres communaux d’action sociale et l’Assurance maladie qui ont répertorié ces profils : « Dans le cadre de notre dispositif Aller vers  nous proposions aux plus de 75 ans non vaccinés de prendre rendez-vous à leur place sur Doctolib pour lever, notamment, les freins liés à l’informatique. Mais certains avaient, en plus, des difficultés à se déplacer. Cette vaccination à domicile répond à un besoin de nos assurés », explique Laura Salah, directrice de la gestion du risque à la CPAM 92.

Les équipes mobiles départementales ont ainsi réalisé depuis début mai trois cent cinquante double injections. Cette campagne fait suite à la mise en place dès janvier d’un transport à la demande vers les centres ambulatoires via le Pam, ou encore à la vaccination de mille trois cent personnes âgées dans les résidences autonomie. 

P.V.
hauts-de-seine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *