Posté dans Les échos
Collèges

Hauts-de-Seine et Yvelines, tous en chœur

Avant l’arrivée d’une nouvelle chorale interdépartementale pour l’année 2020-2021, neuf cents collégiens chanteurs des deux départements se sont rencontrés à La Seine Musicale.

Il fallait être concentré pour suivre les exercices à la fois vocaux et gestuels de Paul Smith. L’artiste, co-fondateur de l’ensemble vocal britannique Voces8, était l’invité d’une grande réunion musicale afin de distiller ses conseils. Devant lui, près de neuf cents collégiens des deux départements qui font partie des dispositifs mis en place par les deux collectivités : le Chœur des collèges pour le « 92 » et la Coordination chorale pour le « 78 ». Deux noms différents mais deux projets quasi-identiques de développement du chant choral en milieu scolaire grâce à des rencontres et des répétitions avec des artistes avant une restitution en public à la fin de l’année. Cette année, près de cinq cents collégiens altoséquanais travaillent ainsi sur « Allons z’enfants », un projet en cinq actes du compositeur Franck Krawczyk autour des hymnes du monde, le tout sous l’égide d’Insula orchestra. Ils se produiront les 9 et 11 juin à La Seine Musicale. Dans la même veine, leurs voisins yvelinois, eux, feront un voyage musical autour du monde avec des chants en différentes langues. « C’est la troisième année que je m’inscris à la chorale et c’est toujours aussi excitant », s’emballe Alicia, en classe de 4e au collège La Fosse aux Dames aux Clayes-sous-Bois.

À la rentrée 2020, un nouveau chœur viendra s’ajouter à ces deux dispositifs : le chœur des collèges interdépartemental qui réunira deux cents élèves de tout le territoire. « Il s’inscrit dans la démarche de fusion pensée avec les Yvelines notamment dans le domaine de l’éducation, poursuit Nathalie Léandri, vice-présidente des Hauts-de-Seine chargée des affaires et constructions scolaires. La pratique culturelle culturelle doit être accessible à tous et nous le voulons ensemble. » 

Mélanie Le Beller

Emploi

Des pépites « Made in 92 »

Les lauréats du concours « Made in 92 », soutenu par le Département reflètent le visage de l’entreprenariat d’aujourd’hui : solidaire, écologique et digital.

Chacun des dix-neuf finalistes de cette cinquième édition de Made in 92 organisé par la Chambre de commerce et d’industrie avec le soutien du Département disposait d’une minute, pas plus, pour se présenter devant un jury composé d’acteurs économiques du département. Des prestations entrecoupées de témoignages inspirants, comme celui de Marjolaine Grondin, fondatrice de la chatbox à succès Jam. « On dit les entrepreneurs égoïstes alors qu’à mes yeux ce sont avant tout des gens qui tentent d’apporter un service aux autres », souligne-elle devant le public du théâtre Armande-Béjart d’Asnières, estimant aussi qu’il n’y a « jamais de bon moment pour se lancer ». « Le meilleur moment c’est peut-être quand on est étudiant : on est frugal, on a un réseau d’amis et on se débrouille avec les outils numériques ». Rares sont en effet les projets qui ne font pas appel au numérique, beaucoup d’entre eux le mettant par ailleurs au service de la transition écologique et énergétique. Wex Fab fabrique ainsi des puces électroniques moins polluantes, CB + digitalise la gestion des dates de péremption, Axibio méthanise les déchets alimentaires et ÔMonBalcon (prix de la Création) donne des solutions clé en main pour végétaliser les balcons : « Il y a 10 millions de balcons en France, soit 100 km2, la surface de la ville de Paris, or ils sont peu exploités », explique Thibaud Claudeville, co-fondateur, convaincu que « la ville de demain doit être végétalisée ». 

P.V.
www.entreprises.cci-paris-idf.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *