Posté dans Zapping
1

Street Art

Vu de dehors, La Forêt escargot imaginée par l’Inzouc Assoc ne dit pas grand-chose de ce qu’elle est vraiment, il faut entrer dans la coquille et alors… Vingt-neuf « street artists » ont ramassé, cousu, peint, découpé, assemblé, percé, collé, peint encore et encore des milliers de morceaux de quotidien jetés au rebut, métamorphosés ici en la plus poétique des forêts artificielles où petits et grands déambulent comme on le ferait dans un conte fantastique. Un univers d’anticipation nécessaire où il serait question du recyclage des ressources et de la beauté cachée des délaissés. Jusqu’au 25 octobre, place du 11-Novembre-1918 à Malakoff.
Photo : © Severine Fernandes – Ville de Malakoff

2

Plein air

Encore un mois pour profiter des Extatiques, l’exposition d’œuvres d’art contemporaines en plein air dont Paris La Défense avait pris l’initiative en 2018 pour fêter les 60 ans du quartier, et qui depuis est devenue un rendez-vous estival spectaculaire avec le soutien du Département. Jusqu’au 4 octobre, Les Extatiques #3 se partagent entre le parvis de La Défense et les jardins de La Seine Musicale, jouant avec la malice de leur sous-titre : Rien à voir. Parce que certaines œuvres défient nos sens, d’autres sont cachées et beaucoup transforment notre regard sur la réalité.
Photo : CD92/Olivier Ravoire

3

Cyrano

C’est aujourd’hui le plus célèbre des arpenteurs de tréteaux, il a poussé en coulisses Scapin : Cyrano de Bergerac, son nez, sa faconde, son panache, personnage historique complètement réinventé en 1897 par Edmond Rostand qui réussit à lui donner l’amour – malheureux mais romantique – et lui conférer la popularité. À partir du 14 octobre et jusqu’au 3 janvier, la Maison des Arts d’Antony fait le tour du personnage en puisant dans la collection de Thomas Sertillanges, l’une des plus importantes consacrées à Cyrano, dans le fonds de la bibliothèque-musée de la Comédie-Française et de la Villa Arnaga, musée et maison d’Edmond Rostand.
Photo : © DR

4

Œuf

Jeune trentenaire formée à la géographie et aux beaux-arts, la plasticienne Azul Andrea murmure la beauté intérieure des choses simples. Un visage, le sien, en filigrane d’une carte topographique ; une main, la sienne, délimite à l’encre un territoire. Son geste, habité par la patience d’une goutte d’eau ou vif comme l’éclat brisé d’une coquille, revient sans fracas vers la ligne circulaire, la forme et le rythme de l’œuf, avec « l’envie de réinsuffler du sens dans le tohu-bohu du monde, d’y ajouter une dose d’apaisement, élevant ainsi notre regard d’homme contemporain sur de tout petits riens fondateurs et universels ». Annulée au printemps, l’exposition Tiempo Huevo se tient du 18 septembre au 24 octobre à la Maison des Arts de Châtillon.
Photo : © Azul Andrea

5

Signé ZZ

Dans le cadre du partenariat entre le Département et le Salon de Montrouge, la plasticienne iranienne Zohreh Zavareh – prix du Département au 64e salon en 2019 – expose son travail autour des objets et de leur statut à l’espace d’art La Terrasse à Nanterre. Avec Le nommé chien plat et autres histoires, elle met en scène des objets usuels privés de leur usage, des fragments de peu et des morceaux de presque rien, derrière un rideau de scène ou une fenêtre fermée, nous invitant à inventer nos propres histoires, morceaux d’étrange ou réalité familière. Empêchée au printemps, l’exposition a ouvert en juillet puis reprend du 2 octobre au 19 décembre.
Photo : © DR

6

7e art

Le 31e Festival du court métrage d’humour de Meudon, organisé par Meudon 7e Art, aura lieu au Centre d’art et de culture du 7 au 11 octobre. À côté de la compétition ouverte aux films courts (35 minutes maximum), le Festival ouvre une section panorama hors compétition : Courts de cœur ! Les DVD des coups de cœur pour les éditions des 25 et des 30 ans sont disponibles.
Photo : © DR

7

Savoir

Au Musée d’Art et d’Histoire de la ville, le vernissage de l’exposition La Science à Meudon coïncide, le 19 septembre, avec les Journées européennes du Patrimoine dont le thème est « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! ». Un parcours d’histoire, d’actualité et de prospective qui rayonne autour des grandes institutions scientifiques qui ont marqué et marquent encore le territoire de Meudon : l’Observatoire de Paris, site de Meudon, de Jules Janssen aux missions Solar Orbiter et Mars 2020 ; les « aérostiers de la République » du Comité de Salut Public et le hangar Y remonté après l’Exposition universelle de 1878 ; l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) ; le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et son laboratoire de géographie physique. À visiter jusqu’au 18 décembre. 
Photo : © DR

8

French Castles

Le musée Roybet Fould de Courbevoie présente dix aquarelles, la plupart signées et datées de 1837, issues de ses collections, réalisées par le peintre anglais James Roberts (1792-1871), installé en France en 1819. Il y met en scène notamment l’architecture et les jardins du château Dupuytren et du château de Bécon. L’exposition bien nommée James Roberts, une vie de châteaux à Courbevoie, annulée au printemps, se prolonge jusqu’au 20 septembre. 
Photo : © musée Roybet Fould – LD

9

L’œil raconte

On l’appelle photographie narrative, une sorte de storytelling en images. Spectaculaire, elle flirte avec le cinéma, le théâtre ou la littérature. Comme les univers des deux artistes invités par la Maison des Arts d’Antony à mettre en scène leurs histoires, plus ou moins secrètes, plus ou moins politiques. Nicolas Henry, c’est la générosité de la couleur, le regard ému sur l’autre du bout du monde. Michel Lagarde, c’est le mystère en noir et blanc du temps qui passe sur les décors d’antan. L’exposition n’avait pas pu se tenir au printemps, elle est prolongée jusqu’au 23 septembre. 
Photo : © Thomas Millet

10

Biennale

Quatre-vingts plasticiens, enseignants, designers et autres professionnels de l’art réunis dans l’association des Artistes à Meudon organisent, comme tous les deux ans, leur exposition biennale du 9 au 28 septembre au Centre d’art et de culture de la ville. L’exposition s’achèvera sur un dernier week-end « portes ouvertes » des ateliers d’artiste.
Photo : © DR

11

Jukebox

Spectacle constitué par les sons d’une ville, Jukebox fait partie du grand projet de L’Encyclopédie de la parole de Joris Lacoste. Comme il y a un Jukebox Gennevilliers du 2 au 4 octobre, il y aura les 20 et 21 novembre un Jukebox Nanterre. Pour lequel un collectif d’habitants a pour mission, du 14 au 26 septembre, « de collecter les sons et les paroles qui font la spécificité de Nanterre, sur le terrain et lors d’ateliers participatifs avec la compagnie », avec pour objectif la création de la « bande-son » de Nanterre. Collecteurs volontaires bienvenus sur inscription. 
Photo : © DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *