CD92/Willy Labre
Posté dans Évènement

Orientations budgétaires : le Département veut renforcer les solidarités

L’assemblée départementale a débattu le 12 février des grandes lignes de son budget pour 2021, une année qui sera encore fortement impactée par la crise sanitaire et sociale.

Avec des dépenses sociales en hausse et des recettes fragilisées, les finances des Départements sont mises à l’épreuve par la crise sanitaire et sociale. Un effet ciseau renforcé par une baisse des dotations de l’État. Dans ce contexte, le Département Hauts-de-Seine peut cependant, « sans recours à l’emprunt », s’appuyer sur des finances saines qui lui ont permis  d’accorder plus de 120 millions d’euros d’aides exceptionnelles l’an dernier. « 2021 sera sans doute plus difficile encore » a rappelé Georges Siffredi. Chef de file de l’action sociale, le Département va en priorité renforcer les solidarités avec plus de 900 M€ qui y seront consacrés, soit 67 M€ supplémentaires par rapport à 2020. Pas moins de 199 M€ sont prévus pour le seul revenu de solidarité active (RSA), un nouveau record. La protection de l’enfance tient aussi une large place dans ce projet de budget, à hauteur de 168 MÄ, de même que les seniors (149 M) et les personnes handicapées (174  M) « Au-delà même de l’urgence sanitaire, le Département entend aussi jouer un rôle majeur pour soutenir la jeunesse et l’accompagner vers une vie d’adulte épanouie, socialement et professionnellement, a souligné Georges Siffredi. De l’insertion à l’accès au droit et à la santé, de la lutte contre le décrochage scolaire au sport et à la culture comme vecteurs de réussite, il nous revient de permettre à ces jeunes d’exprimer leurs talents et de dépasser leurs fragilités. » La crise sanitaire a fait aussi apparaître, dans la population, de nouvelles urgences sociales et économiques, notamment les dépenses liées au logement. Le bilan des aides accordées au titre du Fonds de solidarité logement dont l’accès a été élargi à l’automne, traduit par exemple la hausse considérable des besoins durant la crise : au 4e trimestre 2020, ce montant est en augmentation de près de 80 % par rapport au 4e trimestre de l’année précédente. Le Département « pionnier, parmi les plus engagés en faveur de la rénovation urbaine et des quartiers en difficulté » va investir dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain et au-delà, avec une enveloppe de 150 M€ pour son propre dispositif, baptisé « Quartiers d’avenir ».

Territoire durable

Le développement durable sera également au cœur de la politique départementale portée par l’accroissement de l’offre de transports (153 MÄ) ou l’entretien des espaces paysagers (24 MÄ prévus en investissement) mais aussi par la valorisation de l’exemplarité des communes en matière de développement durable, par le biais des contrats de développement financés par le Département, qui contribueront au maintien d’un haut niveau d’investissement (38 MÄ) sur le territoire. « Il s’agit d’intégrer cette question du développement durable à l’ensemble de nos missions, et de prendre en compte ce sujet complexe dans tous ses aspects : environnemental, mais aussi social, humain, économique. », a souligné Georges Siffredi. Ces orientations doivent être confirmées par les conseillers départementaux le 2 avril avec le vote du budget 2021.
Il sera diffusé en direct sur www.hauts-de-seine.fr

Pauline Vinatier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *