CD92/Olivier Ravoire
Posté dans Emploi

Petites entreprises : négocier le tournant de la reprise

Afin d’accompagner le redémarrage des artisans, commerçants et entreprises de moins de vingt salariés, le Département a débloqué dix millions d’euros.

Surmonter l’impact du confinement, relancer l’activité, prendre des mesures d’adaptation coûteuses alors même que la clientèle n’est pas de retour à 100 % : le tournant de la reprise s’avère délicat pour les petits entrepreneurs du territoire. Courant juin, le Département a débloqué dix millions d’euros pour les accompagner, remettant les premiers chèques à un restaurateur et à une coiffeuse clichois. « Ce maillage de commerces de proximité amène de la vie dans nos villes. Certains ont fermé pendant le confinement, d’autres étaient en partie ouverts, mais tous ont vu leur chiffre d’affaires affecté. Il fallait agir au nom de la solidarité », avait alors souligné Georges Siffredi, président du Département. Réservées aux entreprises de moins de vingt salariés, ces aides varient entre 2 000 et 10 000 euros et doivent correspondre à un minimum de frais ou de pertes de 4 000 euros. Elles sont destinées à couvrir les loyers, et jusqu’à 50 % de la perte de chiffre d’affaires et des achats liés aux mesures d’adaptation. Les dépenses liées à la digitalisation de ces entreprises sont éligibles. Pour une mise en œuvre « simple, rapide et efficace », le Département a passé une convention jusqu’en décembre 2021 avec la Chambre de métiers et d’artisanat et la Chambre de commerce et d’industrie. Il a par ailleurs contribué à hauteur de deux millions au Fonds de solidarité national piloté par la Région qui cible les très petites entreprises. 

P.V.
www.cma92.fr et www.entreprises.cci-paris-idf.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *